Droit immobilier

Il est nécessaire de dire que la transaction immobilière fait partie d’une manière intégrante du droit immobilier.  Cette démarche est le fait de transférer la propriété d’une chose immobilière à une autre, moyennant le versement d’un prix convenu à l’avance. À notre époque, il existe de nombreux types de vente immobilière.

Vente immobilière classique

Si un propriétaire souhaite vendre son bien immobilier, il utilise généralement la vente classique.  Dans cette formule, les vendeurs disposent de deux options différentes. En premier lieu, il peut céder sa maison à un acheteur direct, cette alternative est une transaction de particulier à particulier. Mais en second lieu, vous pouvez aussi demander l’aide d’un grand professionnel dans le domaine comme une agence immobilière. Cette dernière est très intéressante, car une personne s’occupe à votre place l’annonce, les visites et toutes les formalités de la vente de votre bien. Sachez que les services fournis par un professionnel nécessitent un coût qui varie de 3 à 8% de la valeur de la vente. Alors, faites confiance à ce spécialiste parce qu’il a la capacité de vous offrir plusieurs privilèges en même temps. Par exemple, il peut facilement vous trouver les acquéreurs adéquats.

Vente en viager

Il s’agit de la vente d’un bien immobilier à un acheteur en contrepartie du paiement mensuel d’une somme dénommée bouquet jusqu’à la mort imprévisible du vendeur.  Dans la pratique, cette transaction est à la fois très bénéfique pour l’acheteur appelé débirentier ainsi que pour le vendeur appelé crédirentier. Sachez qu’elle renforce l’accès à la propriété, car l’acheteur aura la possibilité d’investir dans le domaine de l’immobilier sans avoir à verser l’intégralité de la valeur de la maison au moment de la vente. En même temps, il donne l’occasion au vendeur de bénéficier d’une ressource supplémentaire jusqu’ à son décès. En général, cette forme de vente n’intéresse que les personnes retraitées qui ont besoin d’autre apport financier pour son bien-être.  Notons que toutes les clauses sont prévues dans l’acte de vente signé par les parties, peu importe le type de viager choisi, c’est-à-dire libre ou occupé.

Vente aux enchères

Lorsque vous désirez céder votre appartement ou maison d’une manière sûre et plus vite, vous pouvez opter pour ce mode de transaction.  Pour que le processus se passe bien, il vous suffit de connaître toutes les règles  particulières qui régissent ce mode d’achat. Sachez qu’il en existe trois types de nos jours : il y a la vente aux enchères immobilières notariales qui a eu lieu de principe au niveau des chambres de département des notaires. Si vous comptez y participer, il est indispensable de donner à l’officier public qui s’occupe de la transaction un chèque de consignation d’une valeur égale entre 10 à 20% de la mise à prix. Il y a aussi la vente aux enchères immobilières domaniales  qui est une opération organisée par l’État. Elle se déroule habituellement dans les préfectures de département. Et enfin, il existe également la vente aux enchères immobilières judiciaires qui se passe auprès du tribunal compétent. Pour les intéressés, ce type de transaction nécessite la présence d’un avocat.

Vente en copropriété

Il s’agit d’une cession des appartements ou des maisons individuelles réparties en lots qui concerne au moins deux personnes. Après, la propriété de l’immeuble est divisée en quote-part entre les copropriétaires. Sachez que dans ces propriétés bâties, il existe une partie commune et une partie privative. D’une manière générale, les documents nécessaires pour ce type de vente sont distincts de ceux de la transaction classique. Il est aussi indispensable de verser des frais de mutation lors d’une telle transaction.

 

 

 

Back to Top